edvs Coupure d’eau exceptionnelle

Depuis dimanche 7 juillet au soir, 2 000 habitants des départements de la Vienne et de l’Indre ne sont plus desservis en eau potable. Sont concernées par cet indicent technique les communes de Brigueil-le-Chantre (86), Coulonges (86), Thollet (86) et Tilly (36).
Eaux de Vienne-Siveer qui dessert en eau potable ces communes, a été alerté dès dimanche soir via son système de télégestion et des appels reçus d’abonnés à son service d’astreinte. Ce manque d’eau est dû à une pompe cassée dont l’origine est encore inconnue.
Le personnel du syndicat d’eau se mobilise fortement pour organiser le ravitaillement en eau sur ces communes et réparer le tronçon du réseau endommagé pour rétablir le service au plus vite.

Que met en place Eaux de Vienne pour faire face à cette situation d’urgence ?

A destination des 2 000 habitants du secteur : Eaux de Vienne organise une distribution de bouteilles d’eau en mairies à compter de la fin de matinée, à raison de 3 litres par personne. Des prêts de jerrican seront également proposés.
Des points de collecte d’eau sur les communes avoisinantes sont en train d’être mis en place. Concrètement, du personnel du syndicat d’eau est mobilisé pour distribuer de l’eau aux particuliers à partir de poteaux d’incendie. Cette eau est dite sanitaire : elle n’est pas potable mais peut être utilisée pour la toilette, par exemple.

Pour le bétail car il s’agit de zones où l’élevage est important : Eaux de Vienne met à disposition de l’eau sanitaire grâce à ses citernes. Les agriculteurs pourront également récupérer de l’eau pour leurs bêtes à partir de poteaux incendie sur les communes avoisinantes.

Comment les abonnés peuvent-ils s’informer ?

En cas de questions, un abonné peut joindre le siège d’Eaux de Vienne au 05 49 61 16 90.

Quand la situation reviendra-t-elle à la normale ?

Eaux de Vienne met tout en œuvre pour distribuer de nouveau de l’eau aux quatre communes concernées. Cela devrait être possible dans la soirée. Toutefois, cette eau pourra être utilisée pour les sanitaires, mais pas encore pour l’alimentation, tant qu’une communication n’aura pas été organisée en ce sens.
L’information d’un retour à la normale sera communiquée aux habitants par les mairies.